Histoire des moyens de télécommunication de l’Antiquité à la Seconde Guerre mondiale PDF

Ses clients comprennent 650 journaux, 400 stations de radio et de télévision, 1 500 administrations et entreprises et 100 agences de presse nationales.


ISBN: 2950525520.

Nom des pages: 164.

Télécharger Histoire des moyens de télécommunication de l’Antiquité à la Seconde Guerre mondiale gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

L’idée fondamentale de l’auteur a été de parler en premier lieu des hommes dont une partie de l’oeuvre au moins a contribué au développement de moyens de télécommunication. Une courte biographie encadrée situe chaque savant. S’il y a lieu, quelques détails complémentaires entrent dans le corps du texte et le lecteur est ensuite invité à prendre connaissance des éléments concrets conduisant à la communication, sujet du livre. Les quinze chapitres offrent un aperçu des instruments de la préhistoire et de l’antiquité parfois surprenants d’invention ainsi que des pigeons-voyageurs ; on y raconte les essais naïfs du début de la science électrique ou du magnétisme, télégraphes optiques ou électriques, inventions majeures des piles et autres sources d’électricité, enregistrement de la parole, électromagnétisme et télégraphes, téléphones, T.S.F., télévision etc.. La question des mesures électriques, inexistantes au début du développement de ces sciences, y est traitée de même que l’étonnante parenté entre la lampe d’éclairage à incandescence et la lampe de T.S.F. qui se perfectionna ensuite. On découvre que le transistor pouvait être inventé en 1929 ! On raconte le phonographe, le magnétophone, le téléphone, la naissance presque accidentelle de la Télégraphie Sans Fil, la transmission des images par le télégraphe puis par la radio, etc. Le rôle des radioamateurs est aussi mis en valeur car on leur doit l’immense développement de l’emploi des ondes courtes auxquelles les « experts » de l’époque ne trouvaient aucun intérêt. Le lecteur sera conduit du signal de fumée, – et même avant -, jusqu’à la télévision et au radar puisque l’ouvrage couvre la période qui s’étend de l’Antiquité jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale. Il constatera que ce que nous connaissons maintenant n’est que le perfectionnement technologique de procédés qui existaient avant 1940. Écrit pour tout le monde, sans jargon de professionnel, ce livre intéresse tous les lecteurs avec ou sans formation scientifique. C’est un livre de références qui peut être lu à plusieurs niveaux. Le néophyte en retiendra les grandes lignes, le lecteur averti trouvera les détails de chaque technique et le spécialiste sera comblé par les courtes annexes détaillées. « Histoire des moyens de télécommunication » ne doit pas être compris par raccourci comme une histoire de l’emploi des télécommunications. Il nous semble à propos d’insister pour bien indiquer qu’il n’est question que des appareils, objets et techniques dont l’existence à trouvé son application dans la communication à distance, que cette existence soit due au hasard ou bien à la recherche concertée. Cet ouvrage traite de l’évolution dans le temps de la plupart des connaissances qui ont permis de créer ou de perfectionner les moyens de communiquer à distance, d’où le titre : Histoire des Moyens de Télécommunication. Nous sommes tant habitués à trouver autour de nous des téléphones, des récepteurs de radio ou de télévision, à pouvoir adresser des télégrammes, des « fax », ou même à nous servir de la « C.B. » que cela nous semble aussi naturel que de voir couler l’eau des fleuves, ou croître les fleurs des champs. Et cependant tout cela est le résultat d’une évolution historique. Ce n’est sans doute pas le manque de curiosité qui laisse l’utilisateur indifférent à cette évolution mais il n’existait encore aucun ouvrage traitant cette question dans un esprit de vulgarisation. Cet ouvrage en français est le seul qui comble cette lacune depuis peu. Nul besoin d’avoir étudié sciences ou techniques pour apprécier ce livre. Chacun des chapitres est illustré de gravures dont beaucoup datent de l’époque évoquée. La table des matières est développée sur quatre niveaux. Les documents sources des informations sont répertoriés dans la bibliographie en fin d’ouvrage. Les noms repris dans les index sont en caractères gras dans le texte ; on les retrouve ainsi plus aisément. Après avoir compilé des centaines de documents, le souci constant de l’auteur fut d’abord d’écrire un texte qui soit accessible à ceux qui ne sont pas spécialistes, simplement en respectant les règles de notre belle langue française qui est notre meilleur code de communication. La mise en page est agréable; caractères et interlignes choisis pour ne pas aggraver l’effort de la vue ainsi que disposition sur deux colonnes. Jean-Claude Montagné a consacré sept ans à la préparation de cet ouvrage et à la recherche de documents. Il a fouillé le sujet au point que même des spécialistes de télécommunication y trouvent encore matière à surprise. Le lecteur a l’impression de visiter un musée imaginaire où tout lui est expliqué simplement. Ce travail est rassemblé dans un volume de 476 pages au format 21 x 29,7 cm illustré de 426 gravures dont 12 vues en couleurs en hors-texte sous une couverture illustrée en couleurs.

Les enregistrements (Fig. 17) montrent clairement que l’activité ventriculaire était produite par des impulsions électriques appliquées à la surface cardiaque: des investigations extrêmement intéressantes mais potentiellement mortelles. Le premier acte de conformité avec le diable fut alors accompli, et il fut fréquemment répété, le diable se présentant aux convertis comme un membre du sexe opposé, comme le dit Bodin. Montre comment, après des siècles d’une approche plus équilibrée, le paradigme napoléonien a introduit une longue période d’obsession de la victoire au détriment de règlements de paix fructueux.

Aucun des trois n’était particulièrement intéressé à rendre les institutions démocratiques, et ils ont mené une sorte de guerre ouverte les uns avec les autres qui laisserait des cicatrices sur la communauté psychanalytique en France pour les années à venir. Amiens était la scène du traité d’Amiens, signé en 1802 entre la France et la Grande-Bretagne. Par un effort inlassable, ils étendirent peu à peu leur domaine, rasèrent les châteaux des barons voleurs et se défendirent contre les grands feudataires. Certaines paroisses catholiques, où résident habituellement les étrangers anglophones, ont un prêtre français anglophone.