La société des moutons-loups : Le protestantisme et la mentalité américaine PDF

La disposition naturelle des peuples est de se serrer autour de la «leur». En Amérique, ce qui est remarquable, c’est que suffisamment de cette impulsion a été brisée pour que nous puissions vivre ensemble sans regarder immédiatement «la nôtre». La grandeur libérale signifie que nous regarder les autres comme des voisins et comme des concitoyens.


ISBN: 2868399843.

Nom des pages: 267.

Télécharger La société des moutons-loups : Le protestantisme et la mentalité américaine gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

 » Parmi les dizaines d’ouvrages publiés, souvent à la va-vite, sur les États-Unis (sujet devenu, par la force des choses, à la mode), rare sont ceux qui méritent d’attirer l’attention.
Celui d’Émil Vlajki appartient à cette catégorie. Son livre: La terreur américaine, décrivait déjà fort justement la patrie de George Bush comme un ensemble disparate qui, pour exister, use d’une brutalité qui sème partout la destruction et la mort. La société des  » moutons-loups  » est le complément nécessaire de son précédent essai, éclairant et précis.
Parmi les concepts clés figure celui de l' » Adam américain « . Avec ce nouvel Adam, seul demeure un sujet précaire, objet d’un monde portant le deuil de ses symboles, caractérisé par des échanges entre marchandises sans références autres que figées. C’est le règne (si l’on peut dire) du sujet flexible, signalé par sa précarité, a-critique, psychotisant, ouvert à tout branchement marchand, à toutes les fluctuations identitaires. Hiatus essentiel entre l’homme nouveau des autres sociétés et l’Adam américain, une assise historico-culturelle pour l’un, son absence pour l’autre. Unique référence rescapée du passé, le protestantisme, dont il reste, chez les Américains, urge ossature spirituelle puritaine, moule de comportements, d’états de pensée, d’une Weltanschauung singuliers.
Ce livre foisonnant, nous l’avons dit, ambitieux et nécessaire, il faut lire sans se laisser distraire, même par son abondance quelquefois déroutante. On n’en peut tirer qu’une seule conclusion, à mon sens indispensable: être antiaméricain aujourd’hui est la condition même de notre survie en tant que monde différencié (comme l’Alceste du Misanthrope exigeait qu’on le distinguât), riche de ces mêmes différences, libre de ses choix existentiels. Être antiaméricain, ce n’est pas être contre les Américains en tant qu’individus; il en est d’admirables, en révolte contre leur propre système. Être antiaméricain, c’est s’opposer avec la plus grande rigueur à la nation américaine, au système de pensée américain. C’est simplement faire jouer son instinct de conservation. Contre un pays qui, par nature, est une force de chaotisation… »

En l’occurrence, Woolf, le mémorialiste provisoire, rencontra Freud, qui ne songerait pas à écrire un mémoire, alors que les deux approchaient de la fin de leur vie; Le neveu de Woolf, Quentin Bell, rapporte que le psychanalyste lui a présenté un narcisse. L’église est appelée à sortir du monde, ne pas ressembler au monde. C’est bon. être amical et invitant, c’est quand nous comprenons la doctrine biblique pour l’exubérance que le désir de l’Esprit est perdu dans la pompe et les circonstances. Comme Rome affirme qu’elle n’a jamais erré, et ne peut jamais errer, comment peut-elle renoncer aux principes.

Vous avez raison de choisir le fait de la fiction est difficile et peut conduire à des routes stupides en effet. Chris Smith a noté les contributions à la rédaction du TYPA de Horowitz, Lederer, Haugen, Charles Colson, Gloria Steinem, le Projet de Protection, le Conseil de Recherche Familiale, Egalité Maintenant, et l’Association Nationale des Evangéliques, tandis que le Sénateur Sam Brownback a reconnu l’aide de Haugen, Lederer, Steinem, Horowitz, William Bennett, le Southern Baptist Convention, Equality Now, et l’Association nationale des évangéliques (Stolz, «Educating Policymakers»). Triste! Si vous voulez une histoire précise, ne regardez pas ce film. Je suis venu à la conclusion que l’anglicanisme, dans sa forme traditionnelle et continue, est le seul lieu de débarquement possible pour moi autre que l’orthodoxie (je suis actuellement sur la clôture).